Freddie Mercury et Queen Fan club France et Région Bourgogne

Freddie Mercury Forever

concert Budapest 1986

Queen - One Vision (Hungarian Rhapsody: Live in Budapest 1986)  Le 27 juillet 1986, Queen livre un concert au Nepstadium de Budapest devant une foule en délire de 80 000 spectateurs. Une lourde et coûteuse organisation C’est à l’initiative du producteur Làszlo Hegedüs que les premiers contacts sont pris dès décembre 1983 avec Jim Beach, le manager de Queen.

Les discussions achoppent dans un premier temps pour des raisons financières : le groupe demande un important cachet et se déplace en outre avec l’ensemble de sa production, de ses équipes et de son matériel, ce qui induit d’importantes dépenses, difficilement supportables par la partie hongroise.

Afin de surmonter ces difficultés, on envisage alors de réaliser un film documentaire dont les bénéfices permettraient de boucler le budget du projet. L’obstacle levé grâce au concours du producteur György Mihály, la Hongrie est retenue pour intégrer le circuit de la tournée « The Magic Tour », qui, du 7 juin au 9 août 1986, se déroule dans vingt-six villes et traverse onze pays européens.

La Hongrie est alors très lourdement endettée vis-à-vis de l’extérieur et se trouve confrontée à une pénurie de devises étrangères qui entrave l’approvisionnement pour certains produits de première nécessité, notamment en médicaments. Un strict contrôle des changes est donc exercé à travers des restrictions monétaires imposées aux particuliers.

Malgré cette situation difficile, le gouvernement tient au succès du concert. Par l’intermédiaire de la banque nationale hongroise, les coûts de transport, d’assurance ainsi que le cachet prévu pour les artistes sont payés rubis sur l’ongle… en dollars. Une opération de communication bien huilée D’une grande qualité, le film Hungarian Rhapsody.

Queen Live in Budapest est tourné en « CinemaScope » par la compagnie hongroise d’État MaFilm (Magyar Filmgyártó Vállalat). Il nécessite la réquisition de toutes les caméras trente-cinq millimètres disponibles dans le pays (dix-sept au total) ainsi que la mobilisation des meilleurs cinéastes du pays.

Sous la direction de János Zsombolyai, travaillent notamment Elemér Ragályi, Lajos Koltai, János Kende ou Tamás Andor. Outre le concert lui-même, ce document présente, dans une longue introduction, la ville de Budapest – baignée d’une ardente lumière d’été – et sa découverte par les musiciens.

Arrivés par le Danube depuis Vienne en hydroptère, sur le Vöcsök II, les artistes britanniques demeurent cinq jours en Hongrie. Outre Budapest, ils visitent l’île Margit, la petite ville des artistes et des peintres Szentendre ou encore le nouveau circuit automobile « Hungaroring ».*

 l’immense scène de vingt mètres de long et de seize mètres de hauteur conçue pour une tournée marquée du sceau du gigantisme et qui se tient presque exclusivement dans des stades.

Après en avoir appris phonétiquement les paroles, l’artiste entonne en effet une chanson traditionnelle du répertoire populaire du pays : Tavaszi szél vizet áraszt (« Le vent printanier gonfle les eaux »).

Le concert se déroule pour cette raison au Népstadion, le « stade du peuple » inauguré en 1953, qui permet d’accueillir entre 70 000 et 80 000 spectateurs au soir du 27 juillet 1986 (les chiffres restent mal établis). Malgré le prix relativement élevé des billets fixé entre 160 et 300 forints selon l’emplacement, l’affluence est au rendez-vous et le succès également.

Cette présence est utilisée comme élément de soft power par la diplomatie occidentale, et d’abord britannique. L’ambassade du Royaume-Uni organise ainsi une réception en l’honneur des membres du groupe, le 24 juillet. Mais ce séjour est essentiellement mis à profit par la Hongrie. Le film diffuse ainsi une image particulièrement positive du pays en présentant sous le meilleur jour son précieux patrimoine architectural et historique, parfois même filmé depuis les airs. La scène lors de laquelle Freddie Mercury chine des objets anciens dans un Antikvárium est particulièrement révélatrice et tout à fait symptomatique de cette volonté de montrer la Hongrie comme un pays à la fois moderne et de culture (à découvrir dans l’extrait vidéo ci-dessous).

Hôte courtois, Freddie a échangé des poignées de main et des lieux communs en nous saluant. Plus mince que l'interprète sur scène et plus musclé et en forme que de nombreux enfants de la moitié de son âge - la star était à moins de deux mois d'avoir 40 ans - il était propre, parfumé et portait une chemise orale flashy et un jean skinny léger.

Ses cheveux, impeccablement peignés, révélant des entrées subtiles, se sont mis à briller au sommet. "Merci à tous d'être venus", a déclaré Freddie. "Est-ce que tu t'amuses? Il parlait doucement, avec un demi-sourire poli, tout en montrant d'autres verres en cristal remplis de champagne. Freddie secoua la tête et gloussa doucement pendant que nous racontions nos aventures à Budapest : bains dans les eaux de la station balnéaire de Gellért et massages à l'acide fénique donnés par des « lutteurs de sumo » gélatineux.

Bien que, plus tard, nous en soyons arrivés à la conclusion que, pour Freddie, rien de tout cela ne devrait être nouveau. Il a demandé si nous avions « acheté » quelque chose. Nous décrivons avec enthousiasme les bizarreries que nous avons acquises. "Très bien, très bien." Il sourit, marchant avec nous à travers un autre salon vers un somptueux buffet rempli de homard, crevettes, caviar, fruits confits et glaces exotiques.

Assis devant un piano à queue élégant, un musicien en smoking jouait des airs de lobby. Les portes vitrées coulissantes étaient ouvertes, donnant accès à un balcon aussi large que la pièce. Au milieu du bleu lointain, les silhouettes d'attractions touristiques célèbres ont émergé : le Bastion des Pêcheurs, la citadelle du Monte Gellért et la très haute tour illuminée de l'église de Matias.

Mary Austin parlait tranquillement avec Jim Beach, discutant peut-être, après une blague, des avantages de manger plus de soutiens-gorge. Jim Hutton était dans le coin, attirant le moins d'attention possible, tout comme Brian, Roger, John et quelques autres membres d'équipage. Dimanche, armés de justificatifs d'accès illimités, nous avons pris un bus à travers les banlieues en béton jusqu'au stade Puskás Ferenc.

Des danseurs de musique folklorique hongroise portant des tenues traditionnelles rouges, blanches et noires ont agité des foulards au rythme pour nous entraîner dans l'événement principal. Quand ça a commencé, c'était un vrai tsunami. Pompe, circonstance, écran de fumée et lumières aveuglantes : l'expérience assourdissante et immersive que Queen a offerte. Qu'est-ce qui a été marqué en mémoire ? Brian, plus impatient qu'un débutant participant à un test.

Avec des doigts frénétiques, utilisant une pièce de monnaie comme médiator, il fait crier les cordes d'une guitare construite avec une vieille cheminée. Le moment où le guitariste, accompagné de Freddie, il a joué la chanson folklorique hongroise "Tavaszi Szél Vizet Áraszt" - "Le vent du printemps fait déborder les eaux". LA La foule a crié son appréciation pour le travail que les rockeurs avaient fait pour apprendre la chanson folklorique innocente et a à peine remarqué que le chanteur vérifiait les paroles toutes les cinq secondes. Il avait griffonné la phonétique au stylo dans sa main gauche.

Freddie et Mary Austin

Freddie reçoit une poupée habillée en costume hongrois. Budapest, juillet 1986.

concert Budapest 1986concert Budapest 1986concert Budapest 1986

Le public a parfaitement chanté "Radio Ga Ga" et les applaudissements synchronisés étaient un spectacle à voir. Le grand demi-finale : Freddie, torse nu, mouillé de sueur, les coutures d'un immense drapeau britannique, puis, quelques instants plus tard, tourne le dos, révélant les larges bandes horizontales rouges, blanches et vertes du drapeau national hongrois.

Ce n'était pas tout. Pour la dernière apparition spectaculaire, Freddie a trotté sur la scène drapé dans la pièce de résistance de la créatrice Diana Moseley : une robe en velours bordée d'hermine et une couronne de style cérémonial. En suivi, La version unique de Brian de "God Save the Queen" a balayé le stade, suscitant des applaudissements enthousiastes.

Marco a demandé ce qui était arrivé à la veste rouge de Freddie portée à Budapest.

À ma connaissance, il se trouve actuellement en République tchèque. Je crois que c'était la veste utilisée par Irene Sedlacka comme modèle pour la statue qui se dresse à Montreux. Une fois qu'elle en eut fini, elle le donna à son neveu qui l'a toujours.

Sandra s'est demandé ce qui était arrivé au drapeau hongrois que Freddie avait utilisé lors de la représentation au Nepstadion.

Comme tous les drapeaux nationaux utilisés lors des tournées, ceux-ci ont été fournis par le promoteur. Quoi qu'ils aient fait d'eux après les concerts, j'ai bien peur de ne pas pouvoir t'aider. Tu devrais leur parler.

Peter Freestone

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article