Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979

Publié le par Freddie Mercury Forever

Lorsqu'il y a un gala de charité Freddie Mercury est toujours le premier à vouloir y participer, sa religion l'oblige à faire de bonnes actions. C'est l'occasion de réaliser ses voeux et de se faire plaisir car il adore l'opéra et notamment les ballets.

Wayne Eagling royal ballet

En août 1979, le directeur du Royal Ballet, Wayne Eagling, avait besoin d'un danseur souple et Freddie Mercury correspond à ce qu'il recherche, mais il faudra du travail car les jambes de Freddie ne sont pas encore assez fines.

Après du travail acharné musculation et assouplissement des jambes voici la réaction de Freddie :

« Ils m’ont fait pratiquer la musculation et tout ça, en me dégonflant les jambes… j’ai du faire en une semaine ce qu’ils faisaient depuis des années, » a-t-il déclaré au London Evening News. « C’était un meurtre. Après deux jours, j’étais à l’agonie. Il me faisait mal dans des endroits que je ne connaissais pas. »

Devant 250  spectateurs, au Coliseum Theatre de Londres le 7 octobre 1979, Freddie effectue une performance époustouflante, il a chanté Bohemian Rhapsody pied nu et se lance en l'air avec sa  tenue noire, porté par 4 hommes torse nu pendant la partie opéra il sort de la scène et revient habillé de sa tenue argent et terminera la tête en bas.

Il chantera également Crazy Little Thing Called Love dans la suite de la vidéo

 

Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979
Freddie Mercury au Royal Ballet Company en 1979

Publié dans Ses plaisirs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article