Freddie Mercury et Queen Fan club France et Région Bourgogne

Freddie Mercury Forever

Freddie Mercury et Patrick Juvet

Patrick Juvet était résident Suisse , il est né à Montreux en 1950, il a rencontré Freddie Mercury dans les clubs de la Suisse où il avait acheté un appartement et un studio à Montreux.

Il a déclaré que Freddie n'osait pas draguer des hommes et aurait demandé à Patrick Juvet le chanteur de lui présenter des hommes qui seraient éventuellement intéressé par une aventure d'un soir.

Patrick Juvet est décédé le 1 er avril 2021 en Espagne à Barcelone. Il avait 70 ans

 

La chanson « Solitudes » est passée sur tires les périphériques, et je vois bien en gala que les jeunes la connaissent. Mais je me suis opposé au refus catégorique des FM. J’ai demandé à NRJ pourquoi ils n’en voulaient pas. On m’a expliqué qu’on attendait plutôt avec un titre Dance en anglais. Je pense aussi que cet album était encore trop timide. Je repartais à zéro après dix ans.

J’avais la trouille. Il fallait faire plein d’interviews pour la promo, pendant lesquelles je ramais, car on me demandait surtout d’expliquer pourquoi j’avais arrêté, etc. Les journaux parlaient de moi comme d’un ressuscité, sorti de l’enfer de l’alcool… Mais je n’étais pas mort ! La vie est assez dure comme ça, les gens n’avaient pas envie de voir un mec débarquer pour parler de ses problèmes. On peut le faire, mais en chansons. Je ne pense pas que les chansons de Cabrel soient toutes très gaies par exemple…

 

– Comment as-tu rencontré ces auteurs pour cet album ?

J’avais beaucoup aimé « Fais-moi une place ». J’ai donc appelé Françoise pour lui demander des textes. Comme elle est très franche, elle m’a répondu qu’elle n’en avait pas le temps. J’ai proposé de lui envoyer malgré tout une cassette de plusieurs musiques, dont celle de « Solitudes », sur laquelle je chantais déjà « J’en ai marre de la solitude ».

La production a aussi rencontré des problèmes. Le producteur artistique, David Richards, producteur de Queen, venait de terminer le dernier album de Freddie Mercury, peu avant sa mort. Il en est ressorti fatigué et stressé. Si bien que j’en étais venu à lui proposer d’arrêter, mais il a insisté pour terminer l’album. Le résultat ne me convenait qu’à 50%. J’en ai été désolé pour Gérard Louvin, que j’ai trouvé sympa de ne pas m’en vouloir.

Source : https://jesuismusique.com/2021/05/15/patrick-juvet-hommage/

La dégringolade le ramène en Europe, puis en Suisse. Juvet y aura aussi fréquenté les rock stars anglo-saxonnes installées sur la Riviera. «J’ai eu le même maquilleur que David Bowie et Mick Jagger, on sortait avec les Queen qui enregistraient au studio Mountain à Montreux.

J’allais draguer pour Freddie Mercury, personne ne le reconnaissait sans les musiciens du groupe (rires).» L’évocation de ces années lui redonne le sourire et une fois encore Janine Juvet n’est pas loin.

«C’est elle, la première, qui m’a fait découvrir Bohemian Rhapsody lorsque j’avais 25 ans. Il y avait ce côté classique que j’aimais et ces transitions très rock de Queen

La chanson parle d’imaginaire et de l’impossibilité d’échapper à la réalité. Un signal pour Patrick: «J’appréhende de revenir à Aigle. C’est une épreuve. Mais après ça, c’est certain, je me sentirai vraiment bien.»

Source : https://www.illustre.ch/magazine/patrick-juvet-bleus-coeur

Il devient ami avec Andy Warhol, “On a passé des nuits de délire ensemble. Il allait très loin, beaucoup plus que moi, qui ne prenait pas de cachets, juste de l’alcool. Il organisait des soirées assez bizarres, dans des appartements avec de très jeunes garçons… “déclarait-il au magazine Têtu en 2005.

Il fréquente également Freddie Mercury et David Bowie : “A l’époque quand les studios de Montreux appartenaient à Queen, on était tous voisins : Bowie, MercuryLe problème de Freddie, c’est qu’il pensait au cul du matin au soir. Je lui servais un peu de rabatteur dans les clubs. On baisait beaucoup, ça faisait partie du jeu. J’avais des collègues chanteuses, dont je tairais le nom (sauf Grace Jones, car elle s’en fout complètement) qui en profitaient largement.

On faisait toc, toc, toc à la porte de notre loge et on nous envoyait une livraison comme on disait ! C’était une période assez folle, pour qu’on soit plus à l’aise pendant les interviews les attaché.es de presse mettaient du Quaalude dans nos verres.

C’est un relaxant musculaire qui, mélangé à de l’alcool, se révèle redoutable. Après avoir bu ça, on pouvait baiser un tronc d’arbre ! Ils m’en filaient dans la limousine avant les émissions de télé. Un jour j’étais tellement défoncé que, lorsque le présentateur d’un show pour la télé américaine m’a demandé si j’avais fait bon voyage, j’ai répondu : ‘Oui, mais il faisait si chaud que j’ai dû ouvrir la fenêtre de l’avion’“.

source : https://www.lesinrocks.com/non-classe/patrick-juvet-the-queen-is-dead-354944-02-04-2021/

Freddie Mercury et Patrick JuvetFreddie Mercury et Patrick Juvet

La Méditerranée n’est pas l’Atlantique mais on fixe la ligne d’horizon maritime d’un œil songeur quand Juvet se raconte. New York, les rencontres, les folies d’une époque morte, «quand tu pouvais manger en boîte entre Bowie et Noureïev». Les nuits avec Jagger et Warhol, «un fou».

Sa séance d’acupuncture avec George Harrison. Ses bastringues dans des motels californiens avec Metallica (!). Freddie Mercury, «pas si connu que ça en Suisse: au Platinum de Montreux, il me demandait de l’aider à rencontrer des garçons». Miami et l’arnaque d’un contrat à deux millions de dollars, jamais arrivé «alors que je venais de m’installer, avec villa et Rolls».

Pourquoi toujours la Rolls? «On y est bien assis», se marre-t-il en y croyant quand même un peu. Juvet évoque aussi ses virées parisiennes avec Gainsbourg et le destin de Mike Brant, «un incroyable musicien qui s’est suicidé parce qu’il chantait de la merde et qu’il le savait. Tu sais, ça tue de chanter ce que tu n’aimes pas et d’être connu pour ça. Moi quand j’ai fait " La musica", c’était un choix conscient de faire un tube. Ma copine m’a dit alors: «tu plaisantes, c’est de la merde!» Ça a vendu un million et demi de disques.»

Source : https://www.tdg.ch/le-barcelone-de-patrick-juvet-439379631758

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article