Freddie Mercury Forever

Paul Prenter manager de Freddie Mercury

17 Mars 2022 , Rédigé par Freddie Mercury Forever Publié dans #Amours

Paul Prenter au centre

Paul Prenter né en Ireland du Nord à Belfast, était un homme homosexuel, il s'est confié à Freddie lors de sa rencontre. Il est mort en Aout 1991 du Sida soit trois mois avant Freddie Mercury. Ils ont été amants pendant de longs mois. Paul suivait Freddie partout. Né en Ireland mort en Angleterre.

Ses trois frères - Stephen, Gerard et Ray  n'ont pas appréciés qu'il soit dit que  Paul aurait dénoncé sa famille comme quoi ils étaient contre ses préférences sexuelles.

Gérard n'aurait pas apprécié que son frère soit dénigré dans le biopic. Et son frère Ray dit que Paul n'était pas méchant !

Le dernier des frères Stephen, qui vivait à Londres aurait rencontré Freddie Mercury et que c'est lui qui appelait Paul pour lui demander d'aller avec lui en boite de nuit pour les gays.

Il décrochait souvent le téléphone et Freddie lui demandait de l'accompagner, mais que leur relation n'aurait pas durée et qu'ils chassaient chacun de leur côté pour dénicher un partenaire pour la soirée.

Il raconte que Freddie se droguait déjà avant de rencontrer Paul.

Stephen avait 19 ans à l'époque et il se souvient qu'il fréquentait Elton John, et qu'il s'appelait tous les deux avec des noms de femme, Sharon et Melina.

Dans le biopic il est dit :  "Mon père préférerait me voir mort plutôt que de me laisser être qui suis-je".

 

Stephen aurait déclaré: "Mes parents savaient que Paul était gay depuis qu'il avait 16 ans, donc depuis longtemps.

"Il revenait en vacances avec ses petits amis et restait chez mes parents à Dublin avec ses partenaires dans la même chambre.

"Il n'y a donc jamais eu de problème, la seule personne qui avait un problème avec le fait d'être gay était Freddie. Freddie n'a jamais admis une seule fois dans sa vie qu'il était gay, c'était un secret de polichinelle, mais il n'a jamais dit : "Je suis gay". , alors que Paul était très ouvert à ce sujet.

"Donc, introduire le truc des parents catholiques irlandais dans le film est un non-sens."

 

Gérard (71 ans) ajoute : "Ils viennent d'atteindre paresseusement le stéréotype de ce que pourrait être un père catholique de Belfast sans aucun égard pour la vérité.

"Paul avait des petits amis quand il a commencé à faire du DJ. Il n'a jamais vécu dans la peur de notre père. Lui et ma mère étaient des gens ordinaires et des parents très libéraux et très bons.

"Il a fini par enterrer son fils après sa mort du sida, donc pour les réalisateurs du film, dépeindre la famille comme ça est une honte."

Et le frère aîné Ray, un directeur à la retraite vivant maintenant à Waterford, a déclaré que leurs parents Bill et Eileen avaient soutenu Paul tout au long de sa maladie jusqu'à sa mort à Dublin.

Il a déclaré : "Mes parents avaient une empathie totale pour Paul lorsqu'ils ont découvert qu'il avait le sida. Il n'y avait aucune rancœur à propos de ce qu'il avait fait ou de la façon dont il était tombé malade."

La famille de Paul reconnaît le mal causé par son interview explosive sur la vie sexuelle de Freddie Mercury dans le journal The Sun en 1987, pour laquelle il a été payé 32 000 £ – l'équivalent moderne de 90 000 £. Dans le film, il est décrit comme un travail de hache de télévision.

Mais ils affirment qu'il était mécontent de la façon dont il a été renvoyé par le groupe et qu'il avait besoin d'argent pour payer son traitement contre le sida.

Ray dit: "Paul était très amer. Il sentait qu'ils l'avaient laissé tomber et il a été blessé. Il a travaillé pour eux pendant des années et il a très peu reçu d'eux.

"C'est à ce moment-là qu'il a décidé qu'il devait obtenir quelques bob pour son propre traitement. C'est pourquoi il est allé avec les papiers."

Gerard a ajouté: "La vérité est que Paul n'était pas un saint, mais c'était une personne gentille et généreuse et non le méchant que le film fait de lui."

 

 

 

Freddie Mercury : l'histoire de Paul Prenter, son manager qui l'a "initié aux boîtes de nuits" et aux drogues.

A droite John Reid

Le manager de Queen, John Reid, avait organisé une rencontre entre les deux hommes. L’histoire est la suivante : « Freddie m’a dit qu’il voulait un homme qui pourrait tout faire. Je n’ai pas vraiment saisi la situation, mais j’en suis venu à voir que l’organisation a besoin d’une sorte de soutien juridique dans lequel elle pourrait placer sa confiance."

"Du coup, j’ai embauché Paul Prenter, que je connaissais déjà.” Pour Freddie Mercury, c’est une mauvaise nouvelle car son influence va vite devenir malvenue et peu fiable. Paul Prenter jouera un rôle important dans sa vie, en l’initiant aux clubs. et lui démontrant « tout ce qu’il était capable de faire dans un club ». Lors de ses concerts, Paul l’a aidé dans son travail."

De 1977 à 1986, comme le suggère le biopic,  il a collaboré avec Freddie Mercury. Freddie est devenu son patron et cela a eu une très mauvaise influence sur sa vie privée. Pendant une brève période, le chanteur et son manager ont également été impliqués dans une relation amoureuse. Jaloux Paul Prenter ne supportait pas les autres amoureux du moment. Les mauvaises fréquentations que Paul présentaient à Freddie ne plaisaient pas aux autres membres du groupe Queen.

Freddie a fini par congédier Paul Prenter qui vivait au Garden Lodge. Après la sortie du premier album en 1982  "Hot Space". Brian May et RogerTaylor étaient à la fois insatisfaits et critiques de l’album, et ils ont fini par blâmer Paul pour l’influence qu’il avait sur la musique.

Paul Prenter

Paul Prenter était également considéré comme méprisant l’influence de la station à l’époque, ce qui l’a conduit à refuser de participer à des interviews.

Mary AUSTIN a fait ouvrir les yeux de Freddie et Paul voyant qu'il allait tout perdre est allé voir la presse pour l'appât du gain.

En dévoilant le parcours de vie le plus intime de Freddie, mais Freddie ayant bon coeur a malgré tout continuer de payer ses dettes. Il a dénoncé que Freddie fréquentait des hommes et que certains d'entre eux étaient morts du SIDA.

Il aurait révélé à Paul que sa première expérience homosexuelle aurait débuté lorsqu'il avait 14 ans au pensionnat indien et qu'il avait peur de dormir seul et c'est pour cela qu'il ne pouvait pas rester sans partenaires.

Qui est Paul Prenter, l'homme qui a eu "une très mauvaise influence" sur Freddie Mercury ?

Roger Taylor à propos de Paul Prenter :

"Moins on en dit sur lui, mieux c'est" Parmi les proches de Freddie Mercury, outre Mary Austin, son ex-compagne (qui deviendra sa principale héritière) et sa sœur Kashmira Cooke, on en apprend plus sur Paul Prenter.

Au début des années 1980, cet homme a été le complice de Freddie, lui servant d'assistant, mais pas que. Le manager de Queen, John Reid, avait fait se rencontrer les deux hommes.

Il raconte ainsi : "Freddie ma dit qu'il voulait un homme à tout faire. Je n'ai pas tout de suite compris mais je me suis rendu compte que le groupe avait besoin d'une sorte de bras droit en qui il pouvait avoir confiance. J'ai donc engagé Paul Prenter, que je connaissais bien." r un très grand rôle dans sa vie, lui faisant découvrir les clubs et lui montrant "tout ce qu'il pouvait y faire Mal lui en prit, car rapidement son influence va devenir néfaste pour Freddie Mercury.

Reinhold Mack

Paul Prenter " . "Il ne disait jamais non à un homme ou à la drogue, il aimait la débauche", explique le producteur Reinhold Mack, qui se souvient aussi : "Freddie pouvait être interrompu dans des moments de créativité. Même si tout se passait bien en studio, Paul se mettait à faire les 100 pas.

Il regardait sa montre en disant : “Il est 19h (ou 20h), c'est l'heure d'aller en boîte !”" Roger Taylor, membre de Queen, est très clair : "Moins on en dit sur lui, mieux c'est. J'ai toujours pensé que Paul avait une très mauvaise influence sur Freddie. (…) Quand on le critiquait, il n'essayait jamais de calmer la situation ou de faire profil bas. C'est dommage car ça aurait pourtant beaucoup aidé."

 

Brian May à propos de Paul Prenter :

"En gros, cet assistant a réussi à énerver toute l'Amérique à lui tout seul" Pourtant, Paul Prenter va continuer d'évoluer aux côtés de Freddie Mercury. "Le groupe a rejeté Paul Prenter, qui a ensuite essayé de soustraire Freddie Mercury à Queen. D'une certaine façon, il a réussi : Freddie a engagé Paul à son compte personnel quand le groupe n'en voulait plus à cause de sa mauvaise influence", explique Peter Freestone, qui fut l'assistant personnel du chanteur.

Les tensions au sein du groupe sont grandissantes, et Paul Prenter n'y est pas étranger. Brian May se souvient : "Pendant notre dernière tournée américaine, c'est Paul qui répondait au téléphone pour nous. Les stations de radio nous appelaient et il jouait l'intermédiaire. Il leur disait que Freddie n'était pas intéressé, qu'il n'avait rien à leur dire… ce qui était complètement faux la plupart du temps.

L'information a fini par remonter jusqu'à nous, mais sur le moment on n'en savait rien. En gros, cet assistant a réussi à énerver toute l'Amérique à lui tout seul." Freddie Mercury finira par licencier ce complice trop encombrant. Vengeur, Paul Prenter donnera une interview dans laquelle il révélera que deux anciens amants de la star sont morts du sida. Une trahison qui affectera beaucoup Freddie Mercury. Paul Prenter décèdera, lui aussi du sida en 1991, trois mois avant son ancien ami.

Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury
Paul Prenter manager de Freddie Mercury

Paul Prenter a été payé 32 000 £ par le Sun et les révélations sinistres ont eu lieu le 4 mai 1987. Elles comprenaient des descriptions de la promiscuité de Freddie, de son extrême solitude, de ses premières expériences homosexuelles à 14 ans et de ses peurs du sida. Il a aussi vendu des photos.

Peter dit que Freddie le savait mais n'a jamais pu pardonner, ni même comprendre, l'énorme trahison de Prenter. Non seulement les révélations profondément personnelles et sur le mode de vie étaient bouleversantes pour Freddie, mais l'implication était qu'il risquait de contracter (ou d'avoir déjà contracté) le virus lui-même.

Peter se souvient de la dévastation de Freddie; « Il a dit : « Pourquoi » ne m'a-t-il pas simplement demandé l'argent ? Je lui aurais donné n'importe quoi. Cela l'a fait douter de sa capacité à faire confiance et à juger les gens.

«Cela l'a fait se sentir si vulnérable et peu sûr de lui. Cela l'a fait encore plus peur de ce qui pourrait arriver s'il révélait qu'il était malade.

Apparemment, Prester a essayé de joindre Freddie pour lui expliquer 'mais Freddie ne lui a pas parlé'.

Le cœur de Freddie était énorme et facilement meurtri, mais il était également résistant. C'était la confiance qu'il appréciait le plus et en la trahissant, Prester l'a blessé plus que quiconque.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article