Freddie Mercury Forever

Peter Freestone, secretaire et garde du corps, ami de freddie

5 Avril 2022 Publié dans #Amis, #Livres

Peter Freestone est l'un des plus fidèles amis de Freddie Mercury. Il le suivait partout et veillait à ce que Freddie ne manque de rien et soit le plus tranquille possible.

Il faisait la cuisine, répondait au téléphone, il a fait les démarches le jour de son décès.

Il a même écrit plusieurs livres sur Freddie Mercury dont un livre de cuisine Dont celui "Freddie Mercury "(à voir dans notre article)

Phoebe Je génère beaucoup de frictions, donc je ne suis pas très facile à vivre. Je suis la personne la plus gentille que vous puissiez rencontrer, très chers, mais vivre avec moi est très difficile. Je pense que personne ne pourrait me supporter, et parfois je pense que j'essaie trop fort. D'un côté, je suis gourmand, je veux juste mon chemin. Mais qui ne le fait pas ? Je suis une personne très affectueuse et généreuse. J'exige trop des autres, mais je donne aussi trop en retour. FREDDIE MERCURY

Peter Freestone est né au Royaume-Uni en 1955, jusqu'à l'âge de 6 ans il passe son enfance en Angleterre, puis s'en vas en Inde à Lushington. Puis il revient en Angleterre à l'âge de 19 ans et devient directeur dans dans la restauration.

En 1975, il entre au Royal Opéra House à Londres. Responsable de la garde-robe du Royal Ballet. EN 1979 il rencontre Freddie Mercury, lors d'un gala de charité au Royal Ballet dont Freddie adore les ballets.

En 1979, Queen est présent et Freddie joue et chante sur ses chansons fétiche " Crazy Little Thing Called Love" et "Bohemian Rhapsody".

Freddie est séduit par Peter à qui il pose plein de questions sur son travail. Il demande à Paul Prenter de le débaucher pour le prendre à son service.

Il propose à Peter de les rejoindre pour la tournée "Crazy tour" pour s'occuper des costumes. Et c'est comme cela que Peter rejoint l'équipe de Queen, notamment pour s'occuper personnellement de Freddie.

  • Crazy Tour 1979
    Date : 22 nov. 1979 – 26 déc. 1979 : Crazy Tour est une tournée du groupe britannique Queen organisée en 1979 dans des petites salles après la sortie du single Crazy Little Thing Called Love. Elle compte 20 concerts donnés au total.

Freddie qui a l'habitude rebaptiser tout le monde, l'appellera "Phoebe". Officiellement recruté au service de Freddie en 1980, Freddie et Peter développeront une très grande amitié, Peter Freestone précise qu'il n'a jamais été amant avec Freddie.

Peter Freestone se confie et dit que : "Pendant douze ans, j’ai côtoyé presque quotidiennement Freddie, endossant jour après jour une multitude de rôles différents. J’étais l’homme à tout faire, serveur, majordome, secrétaire, homme de ménage, baby-sitter et responsable de sa correspondance personnelle. J’étais avec lui, lorsqu’il était au sommet, tout comme j’ai été présent lors des passages à vide. J’ai vu l’inspiration jaillir et j’ai vu sa frustration lorsque les choses étaient au plus mal. J’ai été son garde du corps quand c’était nécessaire et à la fin, bien entendu, j’étais l’un de ses "infirmiers".

Lors des grandes tournées, je lui ai demandé lorsque nous sommes rentrés à Londres, si je pouvais prendre un peu de repos." Il m'a répondu ! Mais chéri on rentre de vacances !"

Peter suit le groupe partout, et s'occupera de lui jusqu'au jour de son décès.

Trois mois après le décès de Freddie en 1991, Peter Freestone déménage alors que Freddie lui avait dit qu'il pouvait rester mais rien n'a été noté sur le testament, et Mary Austin leur demande à tous de partir. Joe Fanelli, Peter Freestone et Jim Hutton plient bagage !

Avec l'argent que lui a légué Freddie il ouvre un petit hôtel à Londres. Il deviendra aussi l'administrateur d'une société d'Opéra. Il écrira un livre avec David Evans sur Freddie Mercury qui sortira en 1998.

Il écrira aussi un livre de cuisine consacré aux recettes que Freddie Mercury lui demandait de préparer. Surtout des mets épicés lui rappelant la cuisine de sa mère en 2016. "Freddie Mercury's Royal Recipes”.

Peter Freestone

Au mois Novembre 2000, il s'en va en République Tchèque d'où il a acquis la nationalité Tchèque, en 2020, il occupera un poste de professeur dans une école non loin de Prague. Il proposera des cours de sensibilisation face aux dangers du VIH et du Sida à des élèves de 13 à 18 ans.

Chaque année Peter rient à Montreux où il a gardé des grands souvenirs passés aux côtés de Freddie, afin de participé au "Freddie Celebration Days" un événement qui a lieu vers le 5 septembre date de naissance de Freddie Mercury.

Il travaille actuellement sur un projet Titanic Freddie AIDS, il reconnait en 2022, aucun traitement n'existe pour éradiquer cette maladie.

Livre Freddie Mercury  en anglais

Livre : Freddie Mercury par Peter Freestone en français. Traduction du livre original "An intimate memoir by the man who knew him best".

Edité aussi en Français

 Peter Freestone fut l’assistant costume de "Queen" de 1979 à 1980, puis l’assistant personnel de Freddie Mercury de 1980 à 1991, c’est à dire jusqu’à la mort du chanteur. Il l’a côtoyé au début des années 80 lorsque Queen partait à la conquête de l’Amérique (Nord et Sud), enchaînant les concerts gigantesques dans des stades. Queen était sans conteste le maître dans cette discipline.

Ce livre nous parle de l’artiste, bien entendu, mais également de l’homme. Freddie Mercury qui est révélé ici sous un autre angle, oubliant un peu les paillettes et les projecteurs, la foule en délire et les tournées. On découvre un homme passionné par l’art, par le japon et par les bars…

Freddie Mercury est un homme attachant, aimant et excentrique. Enfant parfois, drôle toujours, il surprend tout au long du livre par ses frasques et ses remarques. Homme des extrêmes, homosexuel discret, il accumule les relations houleuses et les amours déçus.

Peter Freestone décrit l’homme avec beaucoup de tendresse, car il vécut avec lui 24 heures sur 24 durant douze ans, de Stafford Terrace à New-York puis à Garden Lodge, en passant par Montreux.

Publié en 1998 par Omnibus Press en Angleterre et aux Etats-Unis, ce livre a immédiatement su convaincre les fans nombreux de la star décédée trop tôt. C’est une référence, Le livre qui révèle la personnalité qu’était réellement Freddie Mercury, avec une touche d’humour britannique, beaucoup de respect et de pudeur.

Best seller anglosaxon dans sa catégorie, ce livre est pour la toute première fois traduit en français. Les éditions Paulette ont présenté, en juin 2010, une version française de 208 pages qui retrace une partie de la vie de l’un des compositeurs les plus géniaux du 20ème siècle.

On découvre ainsi en exclusivité pour la version française un paragraphe racontant la rencontre entre Freddie et Michael Jackson, ainsi que des photos exclusives de Richard Young. Source https://www.bazarsuisse.ch/fr/accueil/9-livre-freddie-mercury-par-peter-freestone.html

Le découvrir en français, voir notre article

Peter Freestone se raconte dans le livre "Freddie Mercury la légende" page 108

J'ai pris le concorde de nombreuses fois, j'ai dormir dans les plus belles suites, j'ai suivi les enchères dans les plus belles ventes, et j'ai assister à des concerts formidable de Queen.

Comment se dire que je ne suis pas un domestique. Freddie était sur un piédestal pour moi. Je n'aurai pu faire ça pour personne d'autre.

Peter Freestone, secretaire et garde du corps, ami de freddiePeter Freestone, secretaire et garde du corps, ami de freddie
Peter Freestone, secretaire et garde du corps, ami de freddiePeter Freestone, secretaire et garde du corps, ami de freddie
Freddie et Peter Freestone

Freddie Mercury: 'Seules DEUX personnes ont profondément blessé la star de Queen', déclare un ami le plus proche 

Freddie a souvent parlé de son cœur vulnérable et des «cicatrices» qu'il portait des affaires précédentes et des chagrins. Mais Peter connaissait la légende de la musique mieux que quiconque et dit que c'est la trahison qui a dévasté Freddie plus que tout.

Peter a vécu avec la star de Queen pendant 12 ans au One Garden Lodge à Kensington. Ils ont parcouru le monde ensemble et Peter était là à la fin, tenant la main de Freddie lors de la veillée de chevet. Il a parlé exclusivement à Express Online.

Peter dit: «Il n'a vraiment été blessé et a fait une erreur avec deux personnes que pendant que je le connaissais. Il était doué pour éveiller les gens rapidement.

« Je dirais : « Cette personne ne traîne que pour votre argent et votre gloire ». Il a répondu : « Vous pensez vraiment que je suis si stupide ? C'est mon argent, ma vie. Je sais ce qu'ils font, mais j'en retire aussi quelque chose. Freddie a juste apprécié la compagnie ou le sexe ou a été amusé par la situation et il a dit : « Quand j'aurai fini, je me retournerai et dirai « ça suffit ».

Croquis fait par Freddie Mercury pour Peter Freestone dut Phoebe

Croquis fait par Freddie Mercury pour Peter Freestone dut Phoebe

Dans les coulisses du Royal Opera House, lors des répétitions de la première du ballet, Freddie rencontre Peter Freestone, un jeune assistant costumier. Indispensable à première vue et par la même occasion rebaptisé "Phoebe", Peter deviendra l'assistant personnel de la chanteuse. Il est resté un compagnon dévoué jusqu'aux derniers jours de Freddie. 

"Freddie est allé à l'Opéra pour essayer les costumes qu'il allait porter lors du spectacle du Royal Ballet au Colisée", a déclaré Peter, une figure aimable et extraordinaire pour qui il n'y avait pas de mauvais temps. Il était facile de voir pourquoi Freddie était instantanément tombé amoureux du garçon. "Freddie était extrêmement gentil et poli le jour de notre rencontre", se souvient Peter.

 "Plus tard, j'ai découvert qu'il était toujours poli, sauf quand quelqu'un l'énervait vraiment, puis il perdait son sang-froid. Il s'est émerveillé à l'Opéra. C'était en dehors de sa sphère normale de connaissances. C'était un bastion du système, et Freddie était tout le contraire. Le spectacle était incroyable. La façon dont les danseurs le manipulaient sur scène était magnifique. "Il a chanté 'Crazy Little Called Love' et 'Bohemian Rhapsody'. Pour le premier, il est venu vêtu de tous ces vêtements en cuir; puis il se cacha derrière un mur de danseurs et réapparut couvert de paillettes. 

C'était la première fois que je le voyais en action. Jusque-là, j'avais à peine entendu parler de Queen, et je n'avais vu Freddie prendre le thé avec Mary dans la Rainbow Room à Biba qu'en 1973. Ses cheveux descendaient jusqu'ici et il portait un manteau de fourrure de renard. Il n'y avait aucun moyen d'être quelqu'un d'autre. Je me souviens que cet être en soi était déjà un spectacle », a-t-il ajouté. 

Lors de la soirée organisée au Legends après le spectacle, Peter a rencontré Freddie avec le manager Paul Prenter et a discuté avec eux. "Trois semaines plus tard, Paul a appelé mon patron pour lui demander s'il ne connaissait personne qui serait intéressé par un contrat de six semaines pour gérer la tournée Queen. Après avoir vu sa performance sur scène, j'ai eu envie de vivre cette émotion. J'avais vu la Belle au Bois Dormant et le Lac des Cygnes des milliers de fois...

Maintenant, je voulais mieux connaître cette personne intéressante, en savoir plus sur le rock. Je n'avais aucun moyen de savoir dans quoi je m'embarquais. Une seule chose me vient à l'esprit : s'occuper des costumes pour quatre personnes n'atteindrait même pas la difficulté d'organiser les costumes pour la compagnie du Royal Ballet. 

Après avoir quitté son emploi avec un "plan de carrière" pour signer un contrat à court terme avec Queen, Peter s'est retrouvé au chômage. Il a été contraint d'accepter un poste temporaire de standardiste chez British Telecom. Après ça, ils ont commencé à me payer même quand ils n'étaient pas en tournée. 

Quand ils étaient à la maison, je faisais une chose ici et là au bureau. Après la tournée américaine, Paul et Freddie ont décidé que je ne devais m'occuper que du chanteur principal. Je continuerais à m'occuper de tous les autres en tournée, mais à part ça, je me consacrerais exclusivement à lui. 

Avant longtemps, les deux ont découvert qu'ils avaient étudié dans des internats en Inde, à des milliers de kilomètres de chez eux et loin de leurs parents. Un lien s'est ainsi établi et Freddie a commencé à baisser sa garde. L'une des premières choses qui a attiré l'attention de Freestone a été l'aversion du chanteur pour la confrontation. 

"Il n'a jamais été impoli", a déclaré Peter. — Lorsqu'un conflit survenait, il semblait reculer et laisser les autres participer tout en regardant de loin. Juste un avis ici, un autre là. Il est vrai que lui et Mary se sont beaucoup disputés, mais c'était principalement parce que Freddie fixait des attentes au-dessus des autres, et quand les gens ne les rencontraient pas, il s'énervait.

 La tendance était pour eux d'apprendre leur leçon. Si quelque chose arrivait, il se plaindrait et la personne veillerait à ce que cela ne se reproduise plus. Cependant, cela n'a pas empêché Mary de répéter les mêmes attitudes. Quand elle pensait à quelque chose, elle le faisait, et comme elle l'entendait. Mais si cela ne correspondait pas aux plans de Freddie, le cirque a pris feu. 

D'instinct, Peter savait agir avec discrétion et garder ses opinions pour lui. Elle savait aussi quand repousser les limites du professionnalisme avec Freddie ou non. Le monde frénétique de Queen était un royaume inconnu, et Peter a pris des mesures prudentes. Quelquefois, il a été impressionné par le privilège et l'abondance auxquels le groupe était habitué.

 "A chaque nouvelle tournée, ils avaient besoin de plus de lumières, d'équipements sonores plus puissants et de paysages plus fantastiques", se souvient Peter. « Tout ce qu'ils ont fait devait être inouï. C'était le plus grand spectacle de tous les temps. Dans le studio d'enregistrement, où ils ont payé une fortune à l'heure. Personne ne fait ça de nos jours. La relation entre les deux était si harmonieuse, et le nouvel assistant si discret et facile à vivre, que bientôt Peter fut chargé de s'occuper de tous les besoins personnels de Freddie. — J'ai même fait ses valises — dit-il — j'ai appelé la voiture pour qu'elle vienne le chercher. 

Vérifié s'il avait de l'argent, des cartes, un passeport et des billets. En fait, c'est moi qui ai pris l'argent, les cartes et les billets. C'est moi qui l'ai fait monter dans l'avion. La plupart du temps, c'était comme s'occuper d'un enfant. J'étais toujours avec lui, littéralement à côté de lui, assis sur le siège à côté du sien quand nous avons embarqué dans un avion. 

Vu tout le temps qu'on a passé ensemble, on s'entendait plutôt bien. Quand nous étions à Los Angeles, où nous vivions à l'époque où Queen enregistrait, il y avait toujours plus de monde autour, ce qui a soulagé une partie de la pression sur moi. Mais quand nous étions à New York, il n'y avait que moi et Freddie. La façon la plus simple de décrire notre relation est la suivante : il y avait une ligne qui séparait l'employé de l'ami. 

Ça devait être comme ça. De cette façon, il savait qu'il pouvait me crier dessus, ce qu'il faisait souvent, principalement pour exprimer ses frustrations. Comme nous connaissions tous les deux la raison, ce n'était pas un problème. Le sujet n'a plus été abordé et Freddie n'a jamais gardé rancune. Il lancerait une attaque et s'arrêterait là. Être toujours disponible pour un maître exigeant doit parfois être difficile. 

Freestone se sentait-il comme un serviteur ? Il dit non : « Je pense surtout – et c'est affreux d'admettre une telle chose – parce que Freddie ne m'a jamais donné d'ordres du genre « Fais ceci, fais cela », c'est ainsi que je traitais nos serviteurs en Inde. La plupart du temps, il était extrêmement gentil avec moi. C'est vrai, il payait mon salaire, mais aucun de ses employés n'avait à payer quoi que ce soit. 

Il ne s'attendait pas à ce que quelqu'un lui offre un déjeuner ou une boisson. Si on lui offrait un verre, il était très content, mais ce n'était pas ce à quoi il s'attendait. Si Freddie est allé dans un bar avec un entourage de dix personnes, tout était sur lui. Mais il n'a jamais emporté son propre argent : nous l'avons fait. À cet égard, il ressemblait à un roi. Mais non, ça ne m'a jamais dérangé. 

Avec le recul, Peter pense qu'il était "l'une des personnes les plus chanceuses du monde" pendant ses années avec Freddie et Queen. "J'ai pratiquement vécu la vie de Freddie sans aucune responsabilité quant à l'endroit où aller. Je n'ai jamais eu à composer ni à affronter la presse, mais j'ai voyagé en Concorde d'innombrables fois, j'ai séjourné dans les meilleures suites des meilleurs hôtels du monde et j'ai fait mes courses pour lui dans les principales maisons de vente aux enchères, avec des chèques en blanc signés par lui. J'ai vécu et dépensé de la même manière que lui.

 Pourquoi diable aurais-je l'impression d'être un serviteur ? Les deux piliers de l'amitié intense que le couple a entretenue jusqu'aux derniers jours de Freddie étaient le respect mutuel et la confiance. "Freddie ne faisait pas facilement confiance aux autres", a déclaré Peter. "Quand il n'a pas commencé à faire confiance tout de suite, il n'a jamais fait confiance. Le fait qu'il m'ait accepté dans ce rôle a été le fondement de notre amitié, et c'était en première année. 

Nous n'avons eu qu'une seule dispute sérieuse, vers 1989 - [quand Peter a appris que Freddie pensait qu'il parlait de sa maladie à l'extérieur du Garden Lodge, ce qu'il n'a pas fait]. "Mais c'était très éphémère. Je lui ai dit que je n'en pouvais plus et que je voulais partir. « S'il vous plaît, ne partez pas, supplia-t-il. 'Je veux que tu restes ici. J'ai besoin de toi. Pour moi, c'était suffisant. En même temps, on a tout oublié et je suis resté là jusqu'au bout. «Nous qui appartenions au cercle restreint étions, en fait, sa famille.

 Nous avons tout fait pour lui. Je ferais n'importe quoi pour lui, et ce n'était pas parce qu'il me payait. J'ai fait ce que j'ai fait par respect. J'ai mis Freddie sur un piédestal, non pas parce que je l'admirais assez pour le craindre, mais parce que j'avais la chance d'être son ami. Je ne l'aurais fait pour personne d'autre. » La vie personnelle de Freddie était déjà si pleine d'excès insensés lorsque Peter est entré en scène que beaucoup se sont demandé comment il avait réussi à tout cacher aux médias. 

Selon Peter, c'était relativement facile. Ne vous inquiétez pas. "Il y a certains membres de la fraternité rock qui se vendent à n'importe quel prix", dit-il. « Quand il ne se passe rien, ils font en sorte que cela se produise, juste pour rester sous les projecteurs. Freddie Nous avons tout fait pour lui. Je ferais n'importe quoi pour lui, et ce n'était pas parce qu'il me payait. J'ai fait ce que j'ai fait par respect. J'ai mis Freddie sur un piédestal, non pas parce que je l'admirais assez pour le craindre, mais parce que j'avais la chance d'être son ami. Je ne l'aurais fait pour personne d'autre. »

 La vie personnelle de Freddie était déjà si pleine d'excès insensés lorsque Peter est entré en scène que beaucoup se sont demandé comment il avait réussi à tout cacher aux médias. Selon Peter, c'était relativement facile. Ne vous inquiétez pas. "Il y a certains membres de la fraternité rock qui se vendent à n'importe quel prix", dit-il. « Quand il ne se passe rien, ils font en sorte que cela se produise, juste pour rester sous les projecteurs.

Freddie Tour Zanzibar Du 21 au 30 novembre 2022

Merci MovieTravel et Milan Devinne d'avoir organisé cette chance pour certains fans de voir et de faire partie des images et des sons qui ont entouré Freddie pendant les premières années de sa vie. Il y a une chance de nager avec les dauphins, de visiter les fermes d'épices et de marcher dans les rues où se trouvait Freddie, en voyant de nombreux endroits importants de sa jeunesse. J'ai hâte de vous voir lors de ce voyage et il reste un nombre limité de places ! Peter Freestone

 

Peter Freestone a répondu aux fans

Liz voulait savoir quelles étaient mes tâches quotidiennes en tant qu'AP.
Fondamentalement, toutes les choses quotidiennes que nous faisons dans notre vie, je les ai faites pour Freddie, afin qu'il puisse se concentrer sur le travail acharné de création et d'interprétation de la musique, oh, et sur les achats. Je répondais au téléphone, aux courses, à la cuisine, au ménage, je m'assurais vraiment que Freddie arrive là où il devait être, quand il devait être là. J'ai passé beaucoup de temps presque comme son ombre pendant 5 ans. J'étais là lors des conférences de presse, prêt à lui tendre ce qu'il voulait, que ce soit une cigarette, une boisson ou peut-être des mouchoirs. J'étais là pour lui faciliter la vie, l'organiser pour qu'il n'ait pas à s'inquiéter. Peter Freestone

Carlos voulait connaître la réaction de ma famille à travailler et emménager avec Freddie Mercury, Rock Star.

Ma famille était contrariée à l'origine quand j'ai dit que je renonçais à travailler pour le Royal Opera House pour travailler pour Queen. Ils étaient d'avis que le groupe recevait de l'argent pour rien.

Ce n'est que lorsque je leur ai montré un itinéraire de tournée qu'ils ont réalisé exactement ce qui s'était passé dans la vie de Queen et ils m'ont dit qu'ils voyaient maintenant que le groupe travaillait vraiment très dur pour arriver là où ils étaient.

Il n'y a eu aucune réaction quand j'ai dit que je travaillerais pour Freddie et que je vivrais essentiellement là où Freddie habitait. J'avais quitté la maison quand j'avais 18 ans et j'avais vécu ma propre vie loin de mes parents. Je n'ai pas commencé le travail de sonorisation pour Freddie avant l'âge de 25 ans.

Jana a demandé ce qui me manquait le plus chez Freddie.

Question difficile à répondre car quand je pense à Freddie, c'est généralement dans des situations différentes et différentes choses me manquent. Je suppose que ce qui me manque le plus, c'est de savoir qu'il est là.

Vous savez que dans de nombreuses situations, vous pourriez paniquer à propos de quelque chose, mais vous savez que vos amis sont là pour être avec vous.

Je sais que j'ai des amis formidables, qui sont toujours là pour moi, mais Freddie a été la personne la plus importante de ma vie pendant douze ans et il était omniprésent, il n'y a jamais eu un moment où il n'a pas été là pour moi pendant cette période. Son amitié, sa chaleur, ses rires et sa personnalité vivante me manquent. Peter Freestone

Diego a demandé comment j'avais rencontré Freddie. Je suis sûr que beaucoup d'entre vous le savent, mais voilà.

La toute première fois que j'ai vu Freddie, c'était au tout début des années 70, lorsque j'étais dans la Rainbow Room de Biba, lorsque Freddie est entré, portant la veste en fourrure de renard, les cheveux longs et les ongles peints, avec Mary.

La prochaine fois que je l'ai vu, nous avons vraiment parlé. Je travaillais au Royal Opera House de Londres, pour le Royal Ballet, je m'occupais des costumes et Freddie était l'invité spécial d'un gala de charité que le Royal Ballet organisait.

Freddie a interprété Crazy Little Thing Called Love et Bohemian Rhapsody tout en dansant avec les danseurs. J'ai ensuite rencontré Freddie à la fête et je lui ai dit que je pensais que la combinaison de Freddie, de la musique Queen et du Royal Ballet était une combinaison incroyable.

Il m'a remercié et m'a demandé quel travail je faisais car il m'avait vu à l'Opéra quand il était venu pour les répétitions. Je l'ai décrit et c'était la fin de la conversation. 2 semaines plus tard, le bureau de Queen a téléphoné à mon patron pour lui demander si je serais intéressé par un contrat de 6 semaines pour s'occuper des costumes de scène de Queen…. Et le reste est de l'histoire.

Matthew a demandé environ une heure après un concert.

La première demi-heure environ était la même après presque tous les spectacles. J'étais dans la loge en train d'aider les gars à enlever leurs vêtements mouillés, à défaire les lacets de chaussures, à enlever les chaussures et les chaussettes, leur donnant essentiellement une chance de se rafraîchir.

Ils discutaient de la série, des bons côtés, des mauvais côtés, de tout. Généralement, après cela, la famille et les invités seraient autorisés à être avec le groupe. Si la maison de disques était là, tout le monde sortirait pour un repas puis se séparerait pour aller dans n'importe quel bar, club ou hôtel où ils voudraient aller.

Lors de certains concerts, il y avait une sortie très rapide, où chaque membre du groupe était guidé dans une limousine et emmené directement dans l'avion qui servait ensuite de cabine d'essayage pendant que nous volions vers la prochaine destination. P. Freestone

Erin a demandé si Freddie me manquait toujours, et si écrire un blog aggravait les choses. Freddie me manque tous les jours. Il y a encore des moments où je fais quelque chose et je me souviens que Freddie a fait un commentaire sur ce que je faisais, puis je ne peux que sourire. Je me souviens de bons moments, je me souviens aussi de tant de situations différentes et j'ai même éclaté de rire à certains moments inopportuns et j'ai essayé d'expliquer pourquoi je riais. Si ça faisait trop mal, je n'écrirais pas de blog. Pour moi, c'est merveilleux le nombre de personnes de toutes nationalités et de tous âges qui s'intéressent toujours à Freddie et veulent en savoir de plus en plus. Cela me rappelle aussi des souvenirs auxquels je n'aurais peut-être pas pensé autrement. P. Freestone

Alberto m'a demandé si j'avais déjà été le petit ami de Freddie. Non! J'étais le seul du groupe Garden Lodge, Mary, Jim, Joe et moi-même à n'avoir jamais eu de relation sexuelle avec Freddie. J'en suis content, car je pense que cela aurait changé la dynamique de notre relation de travail.

Andy a demandé quel est le bien le plus précieux que Freddie m'a donné et que j'ai encore. Le plus prisé ? J'ai regardé autour de moi les différents cadeaux que j'ai reçus au fil des ans et chacun a un souvenir spécial attaché. Le truc avec les cadeaux de Freddie, et cela vaut pour chacun d'eux pour tout le monde, c'était la pensée qui y était mise.

Freddie détestait quand les gens disaient à propos de cadeaux pour lui à Noël et aux anniversaires, qu'achetez-vous pour la personne qui a tout ? Sa réponse était, pensez à la personne et obtenez quelque chose qu'elle aimerait. Peu importait qu'il s'agisse d'un petit bibelot qui coûtait quelques livres ou d'une belle panthère en argent montée qui coûtait des milliers de livres, la pensée était la partie importante du cadeau. J'ai le croquis rapide de copie de Matisse qu'il a fait en février 1991 qu'il a ensuite signé pour moi, peut-être qu'il serait classé comme le plus précieux. Peter Freestone

Anna m'a demandé ce que je pensais de Freddie la première fois que je l'ai rencontré. Je pense que la première pensée que j'ai eue a été "n'est-il pas petit?" Le Freddie que j'avais connu jusqu'alors était celui de la télévision et des photos, et il ressemblait à un géant, car la plupart des images sont prises en regardant vers le haut. Freddie mesurait 5' 9" ou environ 1,78 m. Je mesure environ 6 pi 2 po ou 1,87 m. C'est pourquoi je me souviens avoir baissé les yeux quand je lui parlais. Peter Freestone

Molly voulait savoir en quoi consistait ma vie quotidienne en tant qu'assistante personnelle de Freddie.

Une question difficile à répondre, car chaque jour changeait en fonction de ce que nous faisions, enregistrer, tourner ou simplement vivre, et où dans le monde. En gros, mon travail consistait à m'occuper de la vie quotidienne de Freddie, afin qu'il puisse s'occuper de la partie sérieuse de la musique. Au Garden Lodge, je m'assurais que Freddie ait sa tasse de thé du matin à 09h00, puis j'attendais qu'il descende les escaliers pour voir si le plan préparé pour la journée se poursuivrait.

Freddie pourrait appeler des amis pour organiser un déjeuner. On triait les vêtements qu'il voulait porter et ensuite on allait faire du shopping. Je serais généralement avec lui pour porter les cartes de crédit. Au début, Joe et moi partagions les tâches de cuisine, bien que d'autres m'incombaient au fur et à mesure que Joe devenait plus malade. Je répondais au téléphone ou à la sonnette de la porte et j'attendais généralement que Freddie décide de ce qu'il voulait faire.

Helen a demandé comment j'avais réussi à continuer après la mort de Freddie. Encore une fois, c'est une question difficile à répondre. Freddie a été généreux avec nous quand il est mort, il n'y avait donc pas besoin de sortir et de trouver un emploi dans l'immédiat.

Je suis allé vivre à Majorque, pour être dans un endroit qui n'avait aucun souvenir de Freddie car il était constamment dans mes pensées. Je pensais que je gérais bien les choses, jusqu'à ce que certains de mes amis me disent finalement que la vie était bien meilleure si vous ne la regardiez pas à travers le fond d'un verre vide. J'avais beaucoup bu, sans vraiment m'en apercevoir. C'est après cela que j'ai commencé à répondre aux questions des fans, ce qui a vraiment duré jusqu'à ce jour.

Peter Freestone

Stefan a posé des questions sur le vrai Freddie. Vous avez raison, je n'ai jamais vu Freddie conduire, faire la vaisselle, nettoyer et certainement JAMAIS cuisiner. Il n'a jamais fait de courses alimentaires, mais aimait passer du temps dans les magasins d'antiquités, les maisons de vente aux enchères et passait beaucoup de temps chez un restaurateur d'art et un encadreur où la plupart de ses œuvres étaient soignées chaque fois qu'elles en avaient besoin. La musique occupait une grande partie de son temps. Lorsqu'il n'enregistrait pas ou ne jouait pas, il écoutait et regardait des vidéos d'artistes qu'il aimait. Il est allé au ballet et au théâtre pour voir des amis jouer et aimait sortir avec des amis pour manger ou avoir des amis chez lui pour les repas. Fondamentalement, des choses que nous ferions tous, sauf que Freddie a fait des choses à plus grande échelle.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article