Freddie Mercury et Queen Fan club France et Région Bourgogne

Freddie Mercury Forever

Le tempérament de Freddie Mercury

Bien connu à Kensington et Chelsea pour ses diverses influences sur la musique et les vêtements, Freddie a continué à s'habiller de manière exotique et à se promener dans Ken High et King's Road le samedi après-midi, généralement après avoir convaincu un collègue qui s'occupait du magasin dans le centre commercial. Il marchait le torse bombé, tout à fait à l'aise, parlant de ses idoles à qui voulait l'entendre. Il était fan de Liza Minnelli, The Who, Led Zeppelin et David Bowie.

Il justifiait le temps absurde qu'il consacrait à son apparence de plus en plus excentrique en disant qu'"on ne sait jamais qui on va rencontrer". Freddie voulait se faire remarquer, et par quelqu'un en particulier. La persévérance errante a payé. John Anthony et Freddie se sont finalement retrouvés face à face lors d'une de leurs escapades du week-end. sans perdre de temps, Freddie a réussi à convaincre Anthony d'inviter le groupe dans son appartement pour discuter de carrière.

Freddie Mercury était un homme impatient et qui s'ennuyait très vite. Plutôt calme à la ville et nerveux à la scène.

Il avait de l'humour et aimait s'amuser. Il avait horreur des mensonges racontés dans la presse. Et ceux qui le connaissait ont raconté qu'il avait vécu cela comme une trahison s'ils communiquaient des informations d'ordre privé, et cela pouvait le rendre triste et en colère.

Freddie Mercury était quelqu'un d'impatient qui s'ennuyait rapidement lorsque certaines personnes le faisait trop attendre, où s'il restait sans rien faire quelques instants.

Freddie était sensible et timide. Mais sur scène son tempérament n'avait rien à voir avec son calme habituel et sa réserve lorsqu'il était entre amis et avec sa famille.

Ses fans qui le suivaient partout ont témoignés disant que Freddie était abordable lorsqu'ils pouvaient l'approcher car son équipe de sécurité le faisait sortir rapidement de la scène. Lorsqu'il était abordé dans la rue, il lui arrivait de se faire photographier avec quelques fans, mais c'était rare !

 

Freddie Mercury était cash avec ses détracteurs, et souvent grossier, envoyant à tors et à travers des gros mots et des noms d'oiseau, qui décoiffent (Voir le concert de Mexique) agacé il s'est employé à insulter certains membres du public qui lançaient des objets sur la scène.

Il ne se gênait pas non plus pour régler ses comptes avec la presse lors de ses concerts, en parlant au public, en leur montrant que la presse qui raconte "des conneries" qu'ils parlent à ses fesses !

 

Freddie Mercury avait un tempérament jaloux. Il n'aimait pas que ses amants le trompent avec d'autres, mais lui ne se gênait pas pour le faire. De même lorsqu'il a découvert que Mary avait refait sa vie, il a eu un pincement au coeur, malgré qu'il continuait à fréquenter des personnes hommes ou femmes.

Mais sa fidélité était sans borne par rapport aux personnes qui lui étaient fidèles. Il n'hésitait pas à leur offrir des cadeaux de grandes valeurs.

 

"Même s'il avait besoin de stabilité émotionnelle pour enregistrer, il semblait que les conflits et les bagarres étaient essentiels à la bonne performance de Freddie sur scène", a déclaré Peter Freestone, le futur assistant personnel du chanteur. Sans doute était-ce dû au perfectionnisme. "Freddie visualisait exactement ce qu'il voulait et était prêt à faire une crise de colère pour que tout se passe comme il l'entend... Il était conscient de l'utilité des crises de colère. 

Freddie pouvait pousser des crises épouvantables et cela concernait toujours la musique. 

Lors de la fin de l'enregistrement de l'album A Night At The Opera"  Tout le monde reste assis, et Freddie leur crie, "Levez vous bande de ..., dieu merci c'est terminé, certains de ces gens m'ont vraiment ennuyé"

Arrivé au restaurant, son repas tarde à venir, il attrape le serveur et lui explique sans ménagement qu'il en a marre !

Dieu sait que Freddie peut vous humilier avec une franche férocité lorsqu'il le désire ! John Ingham

Peter Freestone a répondu aux questions des fans !

Carlos voulait savoir si Freddie avait causé le stress artistique exprès ou inconsciemment.

J'ai déjà parlé de la façon dont Freddie a tenu compte d'un coup de pied émotionnel pour faire couler son jus créatif. La plupart du temps, Freddie créait une situation où il y avait une sorte de dispute avec quelqu'un, généralement un proche, qui comprenait ce qui se passait.

Comme pour la plupart des disputes avec Freddie, c'étaient des tempêtes dans une tasse de thé et elles ont été totalement oubliées en quelques heures. Peter Freestone

Al a posé des questions sur Freddie et ses humeurs.

Comme Freddie l'a dit dans certaines interviews, il pouvait être de mauvaise humeur, mais là encore, nous ne pouvons pas tous. Il n'y avait pas de moment précis où Freddie serait sensible aux humeurs. Il pouvait se lever de mauvaise humeur parce qu'il dormait mal, il pouvait être de mauvaise humeur pendant la journée parce que Delilah l'ignorait et passait du temps avec Jim. 

Parfois, la plus petite chose pouvait le déclencher, mais généralement les humeurs étaient très courtes, et Freddie redevenait normal très rapidement. Nous le laissions généralement venir, ou si nous devions être avec lui, nous restions silencieux et attendions qu'il engage la conversation, ce qui, comme je l'ai dit, était généralement assez rapide, car Freddie détestait le silence autour de lui. Peter Freestone

Christine a demandé comment Freddie gérait les critiques.

Freddie n'était pas tellement perdu en lui-même qu'il ne reconnaissait pas quand quelque chose qu'il faisait n'était pas aussi bon qu'il aurait pu l'être. Il n'aimait pas quand les "critiques" passaient en revue les nouveaux albums de Queen en disant que c'était faux et que ce n'était pas vrai. Il remarquait que les personnes qui ont créé la musique sauraient sûrement à quoi cela devrait ressembler.

Il n'aimait pas que l'opinion personnelle de quelqu'un soit exprimée comme un jugement pour tout le monde. Quand quelqu'un commentait une émission où Freddie savait qu'il n'était pas à son meilleur, il l'acceptait simplement tranquillement, mais pouvait être très bruyant s'il n'était pas d'accord avec l'opinion. Peter Freestone

Czarina a posé des questions sur la mauvaise humeur de Freddie. Comme nous tous, Freddie pouvait avoir des jours de congé, mais de tout mon temps avec Freddie, je ne l'ai jamais vu ni entendu faire tout son possible pour être vraiment méchant ou haineux envers qui que ce soit. Bien sûr, s'il y avait de mauvaises choses ou des critiques dans les journaux, il criait, mais tout s'est terminé très rapidement. Le plus cruel que je l'aie jamais vu envers des gens qu'il connaissait, c'était quand il les ignorait quand quelque chose de grave s'était produit. Cela pourrait être tellement plus douloureux pour des amis que Freddie les insultant ou concevant une vengeance. Peter Freestone

Emma voulait savoir si j'avais déjà vu Freddie pleurer.

Je me suis creusé la cervelle mais je ne peux pas penser à une occasion où j'ai vu des larmes couler sur son visage. Il y a eu de nombreuses fois où nous avons eu des conversations sérieuses et il était triste et d'un autre côté il riait en se tenant les côtes, mais je n'ai jamais vu de larmes. Même dans la douleur, il jurait et jurait, mais ne pleurait pas.

Viki voulait savoir si Freddie était drôle ou silencieux.
Freddie était les deux. C'était une personne timide en général lorsqu'il était en compagnie de personnes qu'il ne connaissait pas très bien, mais lorsqu'il était avec un groupe d'amis, il était la vie et l'âme de la fête. Il avait un sens de l'humour très aiguisé et il adorait rire un bon coup. P. Freestone

Peter Freestone

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article